Savoir ou pas ?

Publié le par Béatrice

J'ai jeté une bouteille à la mer. Sera-t-elle récupérée ? C'est un cri, un SOS comme disait la chanson de Daniel Balavoine. Comme un dernier espoir avant la fin, comme si j'allais vers une infime lueur en quête de ce petit quelque chose qui me fera oublier ce que je vis. Ne pas abandonner. Ne pas se laisser aller. Croire. Espérer. Et peut-être provoquer ce que je ne veux surtout pas découvrir. Je l'ai déjà fait par le passé. La révélation est douloureuse parfois. Mais est-ce pire que l'ignorance ? Ne pas savoir où l'on est ni où l'on va n'est-il pas plus terrible que de connaître une vérité même si elle dérange, même si elle bouleverse, même si elle détruit ? Peut-être regretterais-je d'avoir voulu aller au-delà des apparences, peut-être me sentirais-je après libérée de toute cette angoisse qui m'oppresse et me dévore. Et si ce n'est pas le cas ? .........................

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

Steutelings Thierry 10/10/2007 02:13

Me battre oui... je l'ai fait et tout ça pour quoi ? Béatrice, il y a 2.5 ans, vous m'avez aidé "toi et bien d'autres" TOUS LES AMIS(ES) DU NET EN GENERAL, à sortir de ma dépression "tu te souviens" ? Ecoutes les, à ton tour. Nous sommes là nous. Alors, à quoi ça sert de se battre ? Pour nous, nous ne comptons pas nous autres ? Cest vrai, qu'on est pas tout proche l'un de l'autre, mais on peut s'organiser et passer un week-end ensemble.Quant à la vérité, je pense que je l'ai devinée... C'est quoi ta pensée ? Tu penses toujours, que personne ne veut de toi ? Non, je ne crois pas à ça. Tu es, une fille gentille, franche, sympa, honnête, belle "quoi que tu en penses" , que veux tu de plus "question de qualificatifs" ? Je sais, tu vas me dire : quelqu'un qui s'intéresse à moi. Il faut aussi, provoquer cet intérêt, que ce soit en sortant une fois, faire un tour en ville, aller boire un verre "même seule". Il n'y a pas besoin, de boire 50 verres pour sortir. Tu le ferais déjà, 1 jour semaine pour commencer. Mmmh... Si j'étais à ta place "en Bretagne", crois moi, les crèpes Bretonnes, accompagnées d'une bolée de cidre doux... 1 jour sur 3, j'en aurais au moins deux dans l'estomac :-)

Sérénité 09/10/2007 21:19

Béatrice, cela me semble bien lourd ce que tu portes en toi... autant cela peut te paraître difficile d'y faire face... vas-y si tu as besoin de savoir pour te libérer ne serait-ce qu'un peu de ce lourd fardeau, de cette tristesse. Sinon de tenter de tourner la page si tu peux le faire même si cela demande énormément de courage et de motivation... fais ce qui est le mieux pour toi. Ne pas te torturer à ce que d'autres pourraient dire ou penser... toi seule sait au fond de toi. bise à toi.

Beatrice 08/10/2007 18:05

Me battre oui... je l'ai fait et tout ça pour quoi ? Pour en arriver là comme disait Dalida... Alors, à quoi ça sert de se battre ? Quant à la vérité, je pense que je l'ai devinée... et les silences continuent de me le prouver, jour après jour, heure après heure...

PETITE MOMIE 08/10/2007 16:22

Tu as raison de vouloir savoir....Mieux vaut mourir de savoir une vérité trop pénible, que de mourir dans le doute.PM!

agnès 07/10/2007 22:45

la bouteille avait-elle un destinataire particulier? Quoi qu'il arrive, ne baisse jamais les bras, crois en toi, crois en l'avenir. Je crois qu'à un moment, si un problème est récurrent, il ne fait plus le nier, vraiment essayer de le résoudre, après tu te sentiras mieux; tu sais quand on a mal aux dents on apeur d'aller chez le dentiste, et quand on y est allé on rit de sa peur et ça va tellement mieux (oui, je suis en plein dedans ;-S !), ben c'est un peu pareil pour tout... tu me suis? Merci pour ta visite sur mon blog, donnes-moi de tes nouvelles bientôt si tu veux bien.