Donne-moi le journal pour voir qui est mort...

Publié le par Béatrice

J'ignore si c'est la même chose dans toutes les régions de France, mais par ici, au fin fond de la Bretagne, les gens d'un certain âge prennent le journal presque uniquement pour une seule chose : lire les avis de décès. C'est à un tel point que lorsque j'étais petite, je pensais que le journal ne servait qu'à ça ! C'était toujours à cette page que ma mère s'empressait d'ouvrir le quotidien qu'elle recevait chaque matin dans la boîte aux lettres. Mes parents sont restés abonnés des années durant juste pour pouvoir lire ça et à la mort de mon père, ma mère s'est désabonnée disant qu'elle le gardait pour lui seulement cet abonnement. Et puis, petit à petit, à force d'aller demander à sa voisine la fameuse liste des morts du jour, elle a fini par récupérer le journal chaque jour, après qu'il est passé dans plusieurs autres mains (qui, je n'en doute pas, s'empressent aussi de regarder ces avis de décès dès qu'ils ouvrent le journal). Elle continue donc d'avoir accès à cette sacro-sainte page des "avis mortuaires" comme elle les appelle.

Pendant des années, je n'ai jamais trop réfléchi à tout ça tellement c'était naturel. Et puis, comparant mes habitudes à celles des anciens, observant aussi d'autres personnes de ma génération, j'ai constaté que c'était une pratique, une manie, réservée à tous ces gens qui sont nés bien avant la télé et l'ordinateur, ceux pour qui le journal est longtemps resté un lien(parfois le seul)  avec l'extérieur. Et ce réflexe d'aller consulter en premier lieu les morts s'explique certainement par la nécessité d'aller aux enterrements des gens qu'on connaissait et qui viennent tout juste de disparaître. Pour ces générations, il n'y a pas cette hantise des enterrements sans doute parce que dès leur plus jeune âge, on les a confrontés aux morts et aux cérémonies religieuses qui leur rendaient hommage. Ainsi, aller à un enterrement et éventuellement au "goûter" qui le suit, fait partie des moeurs. 

Je suis allée à un enterrement pour la première fois à 20 ans. Pour moi, c'est un moment terrible à supporter même lorsque je ne connaissais pas trop le mort. Je ressens toute cette peine comme un poids trop lourd à porter et, c'est toujours un moment "douloureux". Pour ces "anciens" ça ne semble pas pareil. Ils y vont souvent comme on fait une politesse, rien de plus, rien de moins. Ils sont là parce qu'ils ont connu le mort ou sa famille. Ils viennent dire au revoir le plus naturellement du monde.

Publié dans Lettres d' être

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sérénité 27/10/2007 19:37

Mon petit bonjour du week-end Béatrice ! ici au Québec, c'est très courant aussi de voir les personnes âgées regarder la rubrique des décès. Mais je peux dire aussi que les autres personnes aussi. Un exemple : au boulot les gens regardent toujours dans cette section et combien de fois a-t-on vu sur un babillard au boulot quelqu'un que nous connaissions déjà, soit un ancien collègue ou un parent proche d'un collègue affiché sur ce babillard petite photo ou message découpé du journal. Je pense aussi que les gens ont besoin d'une certaine façon de regarder, de voir s'ils ne connaîtraient pas quelqu'un... perdu de vue depuis longtemps, ou plus en bon terme avec... bref comme une obligation à regarder ceux qui sont à chaque jour exposés dans cette rubrique. Bises à toi Béatrice.

LE CHEMIN DU BONHEUR 27/10/2007 13:36

Bonjour Béatrice ! Que lis-je tu habites au fin fond de "ma" Bretagne ? Est-ce ma Bretagne d'ailleurs, car un clocher c'est un clocher. Le mien, celui de mes ancêtres c'est Lohuec (mon grand-père a même sa rue). J'ai habité à Guingamp et Trébeurden un dizaine d'années avant de retourner à la "capitale". Chez nous, quand un ancien en rencontrait un autre plus vieux que lui il lui disait "ma (terme breton) tu n'es pas encore mort toi ?" C'est dire si la mort en Bretagne nous est familière ! Chaleureusement Joëlle

claudy 26/10/2007 06:25

Peut être que les anciens qui ont fait presque tout le chemin qu'il leur reste à vivre, sont plus serein , ils ont eu le temps de se préparer pour le passage de l'autre côté du miroir et accepté comme une une fatalité qu'un jour il faut partir.Plus on est vieux, et plus nous assistons à des enterrements.La famille, les amis, les connaissances.C'est alors qu'il se passe comme une prise de conscience que personne ne peut y échapper et cela devient moins pénible.Quelqu'un a dit "Celui qui n'accepte pas la mort, n'a rien compris à la vie"

silvi 25/10/2007 20:00

Bonsoir Béatrice, merci pour votre passage et petit mot........ et oui les rubriques nécrologiques sont très prisées par certaines personnes, peut être elles mêmes à une étape de leur vie..... mon grand père suivait régulièrement ces articles d'un petit journal de sa région, celà lui permettait d'avoir des "nouvelles" de ses connaissancesA bientôt

Frédéric 25/10/2007 18:52

La pratique est courante chez nous aussi, Béa. Et effectivement, il s'agit des personnes d'un certain âge...Personnellement, je trouve cela assez morbide !D'ailleurs, au moment du décès de ma mère, j'en ai mis aucun... et lorsque plus tard, j'ai revu certaines de ces connaissances : aucune ne m'a posée de questions par rapport à cette pratique que je n'avais pas suivie...En fait, j'ai compris par là... que ma très chère maman était déjà oubliée depuis longtemps par ces "copines" du quartier...