Du breton au français

Publié le par Béatrice

Dans toutes les régions, on a des expressions qui nous sont propres, et en Bretagne en particulier étant donné que très souvent le français a été la traduction du breton qui existait à la base... dans certaines régions, il y a les patois qui sont des déformations du français. Ici, vu que le breton est une langue à part entière, on a traduit des trucs bretons en français et quelque fois c'est pas triste. Un exemple... la préposition "avec" qui est utilisée ici de manière tout à fait originale : "il est resté au lit avec sa jambe."==> il est resté allongé parce qu'il avait mal à la jambe ; "elle est au lit avec le docteur"==> le docteur lui a dit de rester couchée (pas spécialement avec lui !); "prends du pain, du beurre et un couteau pour manger avec"==> vous remettez tout dans l'ordre et ça devrait le faire ! 

Et puis, on a aussi des mots bretons qui sont plus ou moins utilisés comme des mots français, sans qu'on sache, nous les bretons pur jus, que ce sont des mots bretons à l'origine, donc, vous imaginez notre embarras quand on les emploie hors de nos "frontières" chez les non initiés... Des exemples ? "Partir à dreuz" ==> aller de travers ; "t'as fait des cuches"==> des couettes, comme Sheila dans les années 60. 

On a enfin des mots français qu'on utilise à la mode bretonne et qu'on est persuadé d'employer bien comme il faut... le cas typique c'est le mot "envoyer"qui signifie pour nous "emporter", prendre avec soi" et pas seulement "expédier par la poste" comme c'est en général le cas. Donc, un breton qui arrive à Paris et qui dit "J'ai envoyé ma voiture avec moi"( oui, encore un "avec", je sais, on les adore...), il risque de ne pas être bien compris !
 

Moi, je trouve ça génial.... ces particularités régionales qui font un peu partie de nos personnalités... des exceptions culturelles à l'échelle d'une région. Je ne suis pas de ces bretons extrémistes qui souhaiteraient l'indépendance de la Bretagne, je trouve ça stupide d'ailleurs. Je suis française mais j'aime bien ma région et ses petits trucs bien à elle... ça fait son charme et toutes les régions ont justement leur charme personnel grâce à ces petits détails de la langue en plus des spécialités culinaires ou autres  propres à chacune, évidemment. 

Ça nous évite de vivre dans un monde uniformisé où tout le monde devrait se conformer à la règle que certains auraient décidé qu'elle serait la même pour tous... c'est un peu ce qui s'est passé en Bretagne au début du XXe siècle lorsqu'on s'est mis à interdire la pratique du breton. Les enfants étaient frappés à l'école lorsqu'ils avaient le malheur de parler leur langue maternelle... souvent la seule qu'ils connaissaient d'ailleurs ! C'est ainsi que le breton a été perçu comme une honte pendant de nombreuses années car on avait fait comprendre (par la force) aux petits bretons qu'ils passeraient pour des attardés, des arriérés s'ils continuaient à parler cette langue. Et, heureusement, le breton revient, petit à petit... la honte a disparu et c'est même plutôt bien vu de parler breton. Même si pour ma part je ne parle pas du tout cette langue, je trouve bien qu'on ne laisse pas mourir nos racines, qu'on reste attaché à nos traditions et à notre langue. Même si, bien sûr, le breton ne doit pas supplanter le français comme ça a pu être le cas dans des temps anciens, je trouve ça bien que certaines personnes cherchent à faire perdurer nos origines.

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

moi_tout_simplement 21/11/2007 23:52

Au cours de mes pérégrinations cybernétiques, je tombe sur le blog d'une bretonne. Alors voilà, un petit coucou de la part de la demi-bretonne que je suis ;-) (cf mon blog pour connaitre mon autre moitié ;-) )Je regrette perso de ne pas parler le breton... Mais mon grand-père fait partie de ces personnes à qui on a appris à ne pas parler breton... Du coup il a refusé de l'apprendre à mon père qui n'a pas pu me le transmettre... DommageBonne continuation, et au plaisir de te recroiser

nane528 18/11/2007 17:38

Chaque région a son histoire, a sa culture. C'est ce qui fait la richesse, la pluralité de nortre pays .. et il ne faut surtout pas perdre nos racines ....Je t'embrasseAnne

FRED 18/11/2007 09:19

En Belgique, il fut une époque où parler le Wallon n'était pas bien vu...  C'était considéré comme le dialecte des ouvriers, des paysans, des "petites gens"...Les employés et autres professions intellectuelles utilisaient le français... heureusement, tout cela est bien fini : le Wallon est de nouveau appris dans certaines écoles et un peu partout, ce patois revient en force. Quelques exemples : les pièces de théâtre, la bande dessinée, etc.Je crois qu'il existait également dans le Nord du pays, un flamand non conforme au "beau" néerlandais de l'école...