Bientôt Noël, il paraît...

Publié le par Béatrice

sapins-de-noel-20-79-.gif

Le mois de décembre, c'est le mois de Noël et du sapin. J'aime bien, ou plutôt j'aimais bien faire le sapin. Ca mettait dans l'ambiance de Noël, une ambiance vécue plutôt par procuration ou par imprégnation parce que chez moi, pas de réveillon, pas de repas particulier. Des cadeaux, oui. Un morceau de bûche au chocolat. Et tous les ans cet espoir que mes parents resteraient regarder la télé un peu plus tard que d'habitude, histoire d'avoir l'impression de réveillonner. Mais... mon père allait se coucher vers 20h, soit une heure plus tard que son habitude. Peu importe le programme télé, il n'aimait pas ça. Ma mère regardait un peu le Sissi annuel ou le Petit Lord Fauntelroy... elle disait tous les ans qu'elle allait regarder la messe de minuit et moi j'espérais qu'au moins on aurait l'horaire qui sortirait de l'ordinaire. Mais en général, elle était fatiguée avant. Alors, soit je restais seule regarder un péplum ou bien "Autant en emporte le vent", soit j'allais me coucher aussi. Un jour, vers 20 ans, je suis même allée chez une amie fêter Noël juste histoire de savoir comment c'était de vivre un réveillon de Noël. Mais, on n'y peut rien, Noël est une fête familiale et je n'étais pas trop à ma place... 

Alors, finalement, pour moi, Noël c'est plus un mot qui devient très à la mode au mois de décembre. J'aime bien les décorations, je trouve ça très joli, très féérique mais ça ne représente pas grand chose. Mais symboliquement, je mets ce p'tit sapin sur mon blog, juste pour "marquer le coup"...

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

agnès 05/12/2007 13:25

Béatrice, je sens toute la tristesse que tu ne dis pas, je l'ai connue moi aussi et il faut que tu en sortes, tu as cette force en toi. Tu sais, je parle des fêtes parce que j'ai des enfants, mais je les vivais aussi avant eux. Quand j'étais petite, Noël était le seul moment de joie que je partageais avec mes parents, et encore pas le jour J car Papa travaillait toujours, mais un autre jour de Décembre il nous emmenait au spectacle de son travail, et comme on était ailleurs, pas de... pas de mauvaises choses, on était juste une famille joyeuse. Le jour J c'était les cadeaux, c'est tout, pas de grand repas, ça c'était le 1er janvier chez les gds-parents. A présent je donne tout le bonheur que je peux donner à mes deux fils, pas seulement en cette période mais j'essaie quand même qu'elle soit synonyme de joie particulière pour eux. Leur papa sera là le jour J mais pas avant ni après, idem pour le nouvel an. Et ça m'étonnerait qu'on tienne jsq'à minuit... mais tant pis, ce n'est pas l'essentiel... je te dis ça pour que tu essaie de focaliser sur des choses que tu as appréciées en cette période, et que tu estompes celles qui t'ont moins plu. Je suis ptet maladroite mais j'aimerais sincèrement deviner un sourire sur ton visage, et que ton sapin tu le fasses en vrai parce que rentrer chez soi et voir des guirlandes scintiller, ça met du baume au coeur quand même. Excuses-moi pour ce long comm et ma maladresse... gros bisous

Béatrice 05/12/2007 16:37

Merci pour ton commentaire Agnès. Ne va pas croire que j'ai été malheureuse non plus... c'est pas ça... simplement, pas une famille comme les autres...