Un jour comme un autre...ou presque

Publié le par Béatrice

Cette année, pour la première fois, je n'ai pas fait semblant de réveillonner. Tous les ans, depuis des années, j'achète, pour faire comme tout le monde, des trucs et des machins, du saumon, du foie gras, de la langouste ou je ne sais quoi histoire de faire comme si c'était vraiment un jour exceptionnel... Et tous les ans, ma mère insiste pour qu'on prenne plein de choses pour le réveillon, or, elle, tout ce qu'elle mangera c'est de la bûche au chocolat parce que le reste elle n'aime pas... en plus, elle la mangera vers 17 ou 18h parce qu'après c'est trop tard. Résultat, tous les ans, je prenais un apéro avec moi-même puis, je mangeais seule mon merveilleux repas de fête. Alors, cette année, je me suis dit que ça ne servait à rien ni à personne de faire semblant. 

C'est pas que je rejette Noël comme certains presque par principe, avec une sorte de mépris condescendant pour ceux qui osent s'amuser ce soir-là. Non. Même l'aspect commercial ne me dérange pas si ça fait plaisir aux gens de se faire plaisir une fois dans l'année, où est le mal ?Au contraire, je trouve génial de vouloir fêter ça. L'ambiance, le sapin, les jolies décorations, les cadeaux, les retrouvailles avec la famille ou bien, tout simplement, les regards émerveillés des enfants. 

Mais c'est un état d'esprit aussi. Or, quand on ne l'a pas cet état d'esprit, à quoi bon faire semblant ? Manger comme les autres et avoir l'impression d'être soudain devenue comme les autres ? Non, ça ne suffit pas. Autant assumer, si possible sans fierté ni regrets, cette différence. On est forcément dans l'ambiance parce que dès qu'on sort on voit les décorations, dès qu'on parle à quelqu'un, il souhaite un Joyeux Noël et, pour ne pas jouer les rabat joie, je le fais aussi parce qu'évidemment, je n'ai pas à entraîner les autres dans ma situation. Je respecte leur bonheur et je l'envie sans pour autant en être jalouse. Là encore, ça ne m'avancerait pas à grand chose. 

Mon silence de ces derniers jours est dû à toutes ces réflexions sur le sens de ces fêtes de fin d'année, sur le sens de tous ces mots gentils qu'on entend et qu'on va encore entendre dans les jours à venir, la profondeur de tout ça... J'ai préféré me taire avant parce que mes sentiments et mes mots n'auraient pas été à leur place dans cette ambiance pré-festive. Alors, bien sûr, il reste le Nouvel An... Mais c'est encore différent.

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

Sérénité 28/12/2007 21:04

Chère Béa, bonjour à toi... tu dis exactement ce que je pense depuis très longtemps de Noël et de tout ce qui l'entoure. QUAND nous ne sommes pas dans l'ambiance pour fêter ou dans l'état d'esprit, ce que j'ai moi-même vécu quelques années, rien ne sert de faire semblant ni de se forcer. Les autres ne peuvent penser ou s'imaginer que même aux temps des Fêtes on n'a pas envie de voir des gens, de fêter, d'avoir le sourire ou de se sentir heureux si on ne l'est pas durant ce moment... les jours avant NOËL ne s'effacent pas par magie comme cela en claquant des doigts et tout est beau quelques jours après. À Noël, j'ai pu voir mon fils PARCE qu'il est venu chez moi... sinon je n'aurais pas vu à part mon couple d'amis personne d'autre parce que mon coeur n'y était pas vraiment vu mon Noël sans mon « ex ». Une étape à vivre et à passer.  Et ces dans ces moments qu'il est très difficile aussi de le réaliser encore plus. Ce n'est pas d'être seul(e) à Noël qui est dur c'est dans l'état d'esprit que nous sommes qui le rend difficile. Et oui cela a été ainsi pour toi cette année et l'an prochain sera une autre chose... Je t'admire pour ta franchise et ton honnêteté et surtout ton courage Béa ces temps-ci. Garde espoir... il y a toujours quelque chose qui s'offre à nous, la vie est ainsi faite. Je t'embrasse et te serre très fort dans mes bras. À bientôt, Sérénité.

Béatrice 29/12/2007 03:29

Merci pour ce joli message Sérénité. Tu as raison, l'état d'esprit fait toute la différence. Et se forcer ne sert à rien si le coeur n'y est pas. Du courage moi ? Non, je ne pense pas... ce serait plutôt le contraire parce que si j'avais du courage, j'aurais vaincu certains de mes démons et ils ne seraient pas encore en train de me hanter (ça me rappelle une conversation que j'ai eue il y a quelques heures avec quelqu'un qui se reconnaîtra s'il lit ces mots).En tout cas, merci de ton passage. Ca me touche toujours tout particulièrement. Bisous.

BlueDelph 27/12/2007 16:23

Bonjour :)Me retrouvant toute seule pour Noël (mais je m'en plains pas, pour le moment, j'en retrouverai le gout pour la famille que j'aurai un jour), j'ai quand même passé une bonne journée. Le matin en compagnie de "mes" chiens (pour eux non plus ce n'est jamais Noël...) et le soir j'ai mangé des choses différentes. Je me suis simplement couchée assez tôt, vu que je travaillais le 25. Quand aux cadeaux, je me les suis offerts moi même, meilleur moyen de ne pas être déçue :p Bisous.

jean-Marc 26/12/2007 12:01

BonjourJe suis d'accord avec toi sur l'idée que tu te fais de Noël ; moi vois tu je n'attends pas le 25 Décembre pour offrir toutes sortes de cadeaux à mes proches , Noël est surtout à mes yeux un instant magique pour les enfants fait de lumières et de rêves.Préserver cela est le plus amportant à mes yeux.Je te souhaite de trouver le chemin afin d'avancer dans tes réflexions.Bien amicalement et à bientôt

silvi 26/12/2007 11:57

HELLO Béatrice, pourtant c'est drôlement bon lestrucs et les machins, mais il est vrai que l'on est obligé d'attendre noël pour en manger. Bien des gens vivent noël seuls ou presque en tout petit comité. L'important est d'être soir même, même ce jour là.amicalement        silvi

agnès 26/12/2007 10:07

ce que j'aime chez toi parmi d'autres choses, c'est que tu n'aimes pas les faux-semblants, ce qui signifie aussi que ce que tu donnes de l'authentique et pour ceux qui reçoivent c'est plutôt agréable de ne pas avoir à se poser la question. Après, je voudras quand même que tu termines cette année et commence la suivante avec le sourire y compris au coeur, sans doute y at-il autour de toi des collègues ou voisins que tu apprécies et qui sont dans la même situation que toi... n'hésites pas à aller vers eux car tout le monde a sa part de timidité mais tout le monde attend un petit signe de l'autre... je t'embrasse très fort et je serai là même à distance alors tu ne seras pas tout à fait seule, tu l'as vu il y a qqs jours et tu le verras encore, ça je te le promets. A bientôt!