Je note mon prof...

Publié le par Béatrice

Hier soir, je regardais une interview de la représentante du principal syndicat d'enseignants sur France 5 et après avoir parlé de l'affaire de la gifle, le journaliste s'est mis à évoquer l'autre "affaire" qui fait couler beaucoup d'encre aussi : l'idée que les élèves notent leurs profs. L'enseignante s'offusque légitimement et là, le journaliste lui dit "Mais, pourquoi ce refus catégorique d'être noté ? Pourquoi le corps enseignant refuse-t-il à ce point l"idée d'être évalué ?" Avec un gros sous-entendu :"Avez-vous tellement peur que votre incompétence éclate au grand jour?". Elle lui répond que premièrement nous le sommes (ce qui est vrai même si ce système de notation est certainement perfectible, je l'admets bien volontiers) et surtout elle lui explique que ce que les profs refusent c'est notés par leurs élèves... Cela reviendrait à dire tout simplement que profs et élèves, dans une classe, sont sur un pied d'égalité or, c'est faux... tout aussi faux d'ailleurs qu'un employé, dans le cadre de son travail, n'est pas l'égal de son patron, qu'un infirmier (dans le cadre de l'hôpital) n'est pas l'égal du médecin chef... Pourquoi les profs devraient-ils être mis sur un pied d'égalité avec des élèves, des enfants donc car même au lycée ce sont des enfants... 

Dans ce cas, le prof peut aussi aller noter son inspecteur pédagogique et lui mettre une sale note, ou même le faire virer s'il est nul (ben oui, là aussi il doit y en avoir qui sont nuls, comme partout, dans tous les métiers)... Ah mais là, non, parce que l'inspecteur pédagogique est hiérarchiquement supérieur au prof donc, c'est l'inspecteur qui le note et pas l'inverse. Ben alors, c'est quoi la différence avec les élèves ? Le prof était il y a encore quelques années hiérarchiquement supérieur aussi à l'élève et c'était à lui de le noter, c'était son boulot... et l'inverse aurait été inconcevable.

Hier, après ça, j'ai lu des messages postés sur un forum de jeunes où on en parlait et fallait voir les messages de haine et de mépris qu'il y avait. J'ai ai lu un qui disait que c'était génial parce que comme ça on pourrait "foutre la honte"aux profs devant tout le monde... Mais, attendez, on va où là ?
 
Pour déconner, entre nous, au collège et au lycée, on l'a tous fait, ça. Quels étaient nos critères objectifs ? Aucun ! C'était "Elle est sympa (ou pas) ; il est gentil (ou pas); il met des bonnes notes (ou pas)
; il m'aime bien (ou pas)..." Super ! Et le travail du prof là dedans ? Mais à 12 ou même 17 ans on n'en a pas grand chose à faire ! On s'en tape ! Ce qu'on veut c'est avoir face à soi quelqu'un de sympa... point barre. Après, avec les années, on cherche à savoir si les cours étaient bien faits, sérieux, bien expliqués ou non. Et là, vers 25 ans, on est capable de porter un jugement un peu plus objectif sur les enseignants qu'on a eus... Pas tant qu'on est dans le système. 

Et même moi qui suis prof, quand je repense à certains que j'ai connus, même encore aujourd'hui je leur mettrais une bonne ou une mauvaise note en fonction de l'impression qu'ils m'ont laissée, pas en fonction de leur travail. Ma prof de maths de 3e qui était pourtant la meilleure du bahut, je la détestais parce qu'elle m'avait humiliée plusieurs fois (les maths c'était pas mon fort et elle aurait voulu que ça le soit de gré ou de force). Je reconnais que c'était sans doute une "bonne prof" au sens purement pédagogique du terme mais pour le reste c'était, selon moi, une saleté (pour rester polie). Donc, même après 20 ans j'aurais du mal à être objective vis à vis de cette personne... 

A côté de ça, il y a ceux pour qui j'avais un petit béguin et même si leurs cours n'étaient pas terribles, je les adorais... Ben oui ! Faut être honnête de temps en temps ! On est incapable de noter objectivement nos profs parce que la relation élève/prof est toujours teintée d'affectif, qu'on le veuille ou non. La preuve, souvent les élèves se plaignent qu'on ne les aime pas... pas qu'on fait des cours nuls, pas qu'on est incompétents mais juste qu'on ne les aime pas... Je trouve ça très significatif, non ? Dans l'autre sens, prof/élève, ça arrive aussi le côté affectif, c'est humain,  mais disons que parce que le prof est justement un adulte responsable et soucieux de son "art", il ne fait pas n'importe quoi, qu'il aime ou non l'élève... tout simplement parce qu'à la base il n'est pas là pour "aimer" l'élève. Ce sont ses parents, ses amis qui l'aiment. Son prof est là pour lui enseigner quelque chose. Nuance. Évidemment, on ne va pas dire qu'on n'aime aucun élève, que ça n'arrive jamais qu'on ait un peu plus d'affection pour l'un ou l'autre. Là encore, dans une relation humaine, c'est humain ! Dans ce cas, évidemment aussi qu'il y aura des profs qui vont mettre une sale note à un élève qu'ils ne supportent pas. Mais ce n'est pas une généralité.

Et puis, à ce petit jeu de mettre profs et élèves sur un pied d'égalité, bientôt on interdira aux profs de venir au collège en voiture sous prétexte que les pauvres élèves, eux, n'ont pas le permis !On les obligera à aller se coucher à 21h maxi parce que le lendemain ils ont "école". Est-ce parce qu'on travaille auprès des jeunes qu'on doit être ainsi infantilisés ? Je ne le pense pas.

Détachons un instant ce débat du contexte scolaire et imaginons que tout le monde puisse noter tout le monde. Sur quels critères vais-je noter mon médecin ? Je vais lui mettre 10/10 parce que l'autre jour il a réussi à soigner mon rhume mais 0/10 si jamais il n'arrive pas à me guérir d'une maladie plus grave ? Suis-je à même de porter un jugement sur sa spécialité, sur sa pratique ? Suis-je moi-même médecin ? Non. Je peux dire s'il a été courtois, s'il a été à l'écoute, s'il m'a semblé savoir ce qu'il faisait... mais en aucun cas je n'ai les compétences pour le noter. Et c'est pareil pour tous les corps de métier. Alors pourquoi soudain autoriserait-on des gamins (qui plus est ) à porter un jugement public et reconnu, institutionnalisé, sur leurs profs ? Juste sous prétexte qu'ils "subissent" les cours de profs nuls ou qu'ils considèrent comme tels du haut de leur adolescence ? Juste parce qu'ils sont devenus les rois de la société ? Que leur parole est forcément "objective" ? Ce sont des ENFANTS... Qu'ils continuent de faire des bulletins scolaires fictifs entre eux pour noter leurs profs. Ils sont contents, ça les amuse, c'est même presque "normal" mais que jamais ça ne puisse avoir une quelconque valeur aux yeux de la société !!!

Publié dans Coups de gueule

Commenter cet article

babou 09/02/2008 19:48

Moi aussi étant jeune, parfois je ne bossais pas pour faire " chier " le prof, ce que j'ai compris, mais un peu tard, à l'âge adulte, c'est que le prof à un métier, LUI, et que les petits cons ont encore tout à faire. Bisous Béa. Babou xxxxxxxx

Béatrice 10/02/2008 09:53

Oui voilà, comme tout le monde, à l'adolescence on est un peu con il faut l'avouer donc, on n'a pas de réelle crédibilité encore parce qu'on n'a pas assez de recul sur les choses...