Voyage scolaire (1)

Publié le par Béatrice

Jeudi, nous devions partir du collège vers 6h. J'ai donc dû me lever vers4h du mat' (et mon côté marmotte a un peu de mal avec ce genre d'horaire) vu que j'ai 25 minutes de route et qu'il fallait quand même arriver bien avant les élèves afin de miner préparer le terrain.

A mon arrivée, Ô surprise, la principale était là. Le précédent ne s'occupait jamais de nous lors des voyages scolaires. Soit qu'il nous faisait une entière confiance, soit qu'il n'est pas du matin, soit qu'il s'en fiche des voyages... Mais, ici, changement de décor : la chef est là, bien matinale... Bon, d'un côté, ça fait plaisir mais on n'en demandait pas tant.

Petit à petit les élèves arrivent. Il pleut des cordes. Ils sont en T-shirt... tout va bien. Les parents n'ont sans doute pas réussi à les convaincre. N'oublions pas qu'un voyage pédagogique permet de voir des choses mais aussi (et surtout) d'être vu(e) dans sa toute dernière tenue et pour plaire à Kevin ou à Cindy que ne ferait-on pas... Et un beau t-shirt sous un k-Way, ça le fait pas du tout... On préfère matinée t-shirt mouillé, c'est plus sexy. Pour le reste pas de surprise. On leur avait dit de mettre des chaussures "adaptées" à la marche et les filles se trimbalent avec des petites ballerines ultra fashion... tant pis, elles auront mal aux pieds. Les jupettes ou les patalons moulants sont aussi de sortie donc tout va pour le mieux chez les ados.

A propos des filles justement. A peine montées dans le car, deux gamines que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam commencent à me rire dans les oreilles. Elles gloussent, elle braillent, elles éclatent d'un rire suraigü et tellement pas naturel... Argghhh, à 6h du mat' ça va pas le faire du tout. Je laisse passer quelques instants. Patience. Zen. Elles montent encore dans les aigüs. La castafiore peut aller se rhabiller ! Je craque. Je leur dis que je n'ai pas l'intention de supporter ce bazar dès le matin et que pour la basse-cour et les dindes c'était pas ce car qu'il fallait prendre... Bon, elles prennent un air courroucé mais au moins, elles la ferment et moi, je peux me reposer... un peu. Je regarde l'heure. On roule depuis 15 minutes et j'ai déjà mal au dos... Heureusement, j'adore le château de Versailles et j'adore encore plus Paris... ça vaut la peine de subir tout ça... et puis nos élèves, dans le fond (tout au fond) sont tellement sympathiques, n'est-ce pas ?

 ==> à suivre pour de nouvelles aventures avec des moments drôles, hilarants, désopilants, délirants, agaçants, énervants... bref, la vie dans la 4e dimension du voyage pédagogique !

Publié dans Carnet de prof

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

monbricabrac 09/06/2008 10:11

je vois très bien les gloussements dont tu parles!

Vivien 08/06/2008 11:10

Moi j'dis : Au moins, y'avait un beau car !!Chaque article que tu consacres à ton métier me conforte un peu plus dans l'idée que j'ai bien eu raison de m'arrêter à temps dans mon cursus... Comme j'ai bien fait de ne pas devenir prof, de stopper net devant la porte de l'IUFM...Avec mon caractère, je ne pense pas que j'aurais supporté les gamins d'aujourd'hui. Ca l'aurait pas du tout fait.Bon courage pour les 25 ans qu'il te reste à faire... !

Béatrice 08/06/2008 14:06


Il n'y a pas que du négatif... on passe aussi d'excellents moments.


Crystal 07/06/2008 18:42

J'ai hâte de connaitre la suite.Bisous

Indigo 07/06/2008 18:05

Oooh ! la vilaine prof qui médit sur nos chères têtes blondes... ces chérubins si calmes... ces anges qui n'aspirent qu'à apprendre Louis XIV....Allez vite Béa raconte nous les conneries en tout genre qu'ils n'ont pas manquer de te faire subir...:d)

p1prenelle 07/06/2008 17:19

Ah la joie des voyages scolaires ! Quand je reflechis aux miens et à ce qu'on faisait comme "conner*es", je me dis que ça doit pas toujours etre facile d'etre de l'autre coté de la barrière!!  Quel courage !Bisous.Ps: merci beaucoup pour le poisson du bloguiversaire !! ça m'a bien fait rire !! :o)