Réminiscence

Publié le par Béatrice

 Aujourd'hui, petite dispute entre filles avec 3 de mes élèves. Jusque là, rien d'étonnant. Mais, ce qui l'est plus, c'est qu'à un moment, l'une des gamines a exprimé l'une de ses craintes et je m'y suis complètement retrouvée. En fait, elle est devenue copine avec deux filles de sa classe et ces filles sont d'excellentes amies depuis des années. Du coup, elles aiment parfois avoir des conversations en tête à tête et demandent donc à la 3e de les laisser. Or, celle-ci le prend très mal parce qu'elle pense qu'on ne l'aime plus... et à un moment, elle a été plus précise et a dit que lorsque l'un de ses amis devient copain avec quelqu'un d'autre, elle pense qu'elle va être oubliée et délaissée...

Et là, pleine de sagesse, l'une des autres filles lui explique que c'est pas parce qu'on parle avec d'autres ou même qu'on devient ami avec eux qu'on oublie ses amis d'avant... J'ai eu l'impression d'être celle à qui elle aurait pu dire ça, d'être celle qui craignait de perdre ses amis, de retrouver les sentiments que j'avais lorsqu'au collège on me faisait comprendre que j'étais de trop dans un groupe, d'être la seule à être toujours seule... En quelques minutes, j'ai retrouvé, comme il y a plus de 20 ans, cette horrible sensation de solitude complète et absolue.

La première "amie" que j'ai eue, j'avais 18 ans. C'est fou quand on y pense. Et encore, je suis allée chez elle une fois. On ne se téléphonait jamais. On s'entendait bien au lycée, simplement. Pour moi, c'était déjà beaucoup... Alors, depuis, il m'arrive de commettre des erreurs avec les gens, un peu comme si j'avais raté le cours sur les codes sociaux, comme si j'étais restée un peu sauvage, maladroite et mal à l'aise avec les autres. Etonnée encore et toujours qu'on s'occupe de moi, perturbée à l'idée de mal faire, désespérée à l'idée de tout perdre et de me retrouver à nouveau seule à faire semblant que c'est un choix et que, finalement, c'est vraiment mieux comme ça... j'ai passé des heures à m'en convaincre parce que sinon, j'aurais pété un plomb... Mais aujourd'hui, je sais que c'était faux, que je rêvais d'être comme tout le monde et d'avoir de temps en temps une amie de mon âge à qui j'aurais pu parler... Je pense que ça a dû laisser des traces...

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

réa 22/11/2008 23:42

j'ai eu également ce genre de crainte au collège et puis au lycée aussi car j'était une amie extrèmement possessive et enière. j'avais peur que ma copine ne m'abandonne au profit d'une autre...
c'est humain je pense...

Marie 21/11/2008 08:34

surement.... le plus difficile ....se faire aimer.... cette tyrannie de la reconnaissance :-)....on en a tous besoin... cette envie, impression de compter pour quelqu'"un... de savoir que quel que soit le probléme on pourra compter sur elle ou lui... 
mais comme il peut être facile de le dire... c'est plus simple quand déjà on s'aime... et l'adolescence... à part cas exceptionnels... n'est pas la période où l'on est le mieux dans sa peau...