Quand les élèves sont grévistes...

Publié le par Béatrice

Dans mon collège, même quand les profs ne font pas grève, ce sont les élèves qui la font. Jeudi dernier n'a donc pas échappé à cette règle devenue désormais une institution chez nous, enfin parmi nos chers petits au moins. Autant, je peux comprendre qu'ils ne viennent pas lorsqu'ils apprennent que tous leurs profs font grève ou bien que la seule heure de cours qu'ils auront est la dernière de l'après-midi. Mais, même lorsqu'on leur dit qu'on ne fera pas grève et qu'ils ont donc 5h de cours sur 7, ils ne viennent pas, expliquant, je suppose, à leurs parents que TOUS leurs profs seront absents. Bref, dès qu'ils entendent le mot 'grève" à la télé, ils décident que, quoiqu'il arrive, ils ne viendront pas. Je me souviens même d'une fois où il n'y avait aucun grèviste chez les profs et 80% chez les élèves.

Donc, jeudi, nous avions très peu d'élèves dans le collège. Certaines classes étaient complètement désertées, d'autres un peu moins. Dans la classe dont je suis la prof principale, ils étaient 6 sur 24. Ils avaient toutes leurs heures de cours de l'après-midi qui étaient assurées puisque les profs étaient là mais faute d'élèves, nous nous sommes livrés à des activités plus ludiques. Impossible, bien sûr, de faire le cours qui était prévu sachant que les 18 absents ne rattrapperaient jamais rien. Pour ma part, je les mets à faire des activités d'orthographe et de grammaire sur des sites internet adaptés. Ça permet de travailler ou de retravailler  des bases qu'ils n'arrivent jamais vraiment à garder, hélas.

Hier matin, retour à la normale. Jennifer, élève de cette classe, me demande si elle doit faire un billet d'absence puisqu'elle n'est pas venue à cause de la grève puisqu'il n'y avait pas de profs. Ludovic, un autre élève intervient, et lui dit "Mais, les profs étaient là, on a même eu tous nos cours de l'après-midi."Regard interloqué de Jennifer. Je lui dis "Eh oui, vous faisiez grève mais pas nous...". Elle ajoute "Oui, mais vous n'avez pas travaillé. Quand y'a grève on fait rien."Je réponds "Evidemment qu'on ne fait rien ! On ne peut pas faire le cours normalement puisqu'il n'y a pas d'élèves."Regard toujours interloqué de la gamine qui répète "Bah oui, mais vu qu'y a pas de profs, on vient pas." Je poursuis "Oui, mais hier il n'y avait qu'une de vos profs qui était absente." Et elle :"Oui, mais de toute façon, vous n'avez pas travaillé donc, ça servait à rien de venir..."

C'est sans fin : ils ne viennent pas parce qu'ils ont entendu dire qu'on ne travaillait pas les jours de grèves sauf qu'on ne travaille pas parce qu'ils ne viennent pas ou en tout cas, pas en nombre assez conséquent pour pouvoir travailler.

Publié dans Carnet de prof

Commenter cet article

Marie 06/02/2009 20:30

Dialogue de sourds, serpent qui se mord la queue.... ;-)Ya un vrai problème de communication :-) moi mes filles m'ont souvent maudites quand je les obligeais à aller en cours, malgré la gréve... mais je leur ai toujours vendu, que le respect de ceux qui se déplacent se respecte

canelle56 03/02/2009 15:11

bonjour beatrice , je publie pour ta communauté depuis queques temps dejà et n'etait pas souvent venu te voir desolée , c'est une prise de conscience tardive , ton article est tres interessant , mes filles sont elles-meme professeusr et j'ai l impression de les entendre en te lisant bises beatrice

claire 02/02/2009 23:20

Hmm, et nous, on etaient comment a leur age...?

Jacques l'Ardéchois 02/02/2009 23:07

J'ai lu cet article hier, mais après une nouvelle lecture, et réflexion, je me posais la question suivante : lorsqu'un élève ne participe pas aux cours alors qu'il y avait cours, y a t'il une sanction ?... ou alors absolution immédiate !...  Je suppose que ces élèves avaient été avertis qu'il y avait cours !... Pourquoi ne sont-ils pas venus ?...

Louise 02/02/2009 12:52

Ils prennent tous les prétextes pour ne pas venir;)