Ciel breton

Publié le par Béatrice

Ce matin, temps pourri. Ciel bas, gris et lourd. Crachin breton au rendez-vous. Morosité ambiante. Il y avait longtemps que je n'avais pas mis les pieds en centre ville. Je n'y vais pas souvent. C'est difficile de se garer et pour ça les grandes surfaces ou les grandes zones commerciales sont beaucoup plus pratiques. Donc, il y avait plusieurs mois que je n'étais pas passée dans les rues commerçantes du centre. Et là, ce matin, avec ce ciel bas, gris et lourd, j'ai découvert un spectacle affreusement déprimant. Que des boutiques à vendre, à louer, à céder; des locaux disponibles qui attendent depuis longtemps qu'on les occupe à nouveau. Des agences immobilières fermées qui n'ont pas été remplacées. C'est vrai qu'elles avaient fleuri toutes en même temps, à l'époque où l'immobilier était rayonnant. C'est fini, ça aussi. Même un laboratoire d'analyses médicales a fermé ses portes. Il ne reste plus grand chose. On dirait une ville morte... pas partout, heureusement, il reste encore quelques boutiques qui vivent, ou survivent... mais pour combien de temps ? Je n'ai plus vraiment reconnu ma propre ville... et j'ai trouvé ça vraiment désolant.

Ce qui marche, et que je contribue d'ailleurs à faire marcher, ce sont les fameuses zones commerciales où il est facile de se garer. Le centre a perdu ses clients au profit de ces grandes structures tellement faciles d'accès mais aussi tellement formatées. Ce sont les mêmes partout et ce manque d'originalité nous rassure, dans un sens. On sait où on va trouver à coup sûr telle ou telle chose. Et peu importe dans quelle ville de France on va, on les retrouve, quasi identiques. On ne se prend pas ou plus la tête à courir les petits commerces du centre, certainement plus sympa et surtout moins passe partout...


Ma ville se meurt sous son ciel bas, gris et lourd accompagné de son éternel crachin...

Publié dans Lettres d' être

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques l'Ardéchois 14/02/2009 00:17

Force est de constater que tu as parfaitement raison concernant cette morosité ambiante ... le mauvais temps, la crise économique, les prix qui s'emballent...Gardons la tête haute ! La garde meurt mais ne se rend pas ...p'tit bisou amical ...

:0095: Maitre Po, devin 13/02/2009 23:57

Je n'ai quasiment mis aucun commentaire sur les blogs cette année, le temps et l'envie me manquent... mais aujourd'hui, j'étais obligé de faire un petit détour chez toi. Surtout que le moral n'a pas l'air à son plus haut niveau...Alors bonne fête, BA ;-)

proserpine 13/02/2009 14:24

Bonne fête, Béa ! C'est toujours ça d'pris !!! Un peu plus au nord de chez toi, chez nous, c'est le même topo, exactement le même...Tout ferme et tout est à vendre...

Kaly/BlueDelph 13/02/2009 14:18

Bonne fête Béa bises :)

Isa 13/02/2009 03:48

A Paris, c'est "à peu prè"s le même "climat" ; beaucoup de boutiques ferment, mais sont vites rachetées, surtout par des Chinois. Etrangement, la mercerie est toujours là...Sinon, comme il n'existe des hypermarchés qu'aux portes de la ville, les Monoprix, Atac, Franprix, Casino, G20, Ed, Lidl, etc. sont toujours aussi nombreux voire plus.Même chose pour les appartements à vendre ou à louer ; les prix ne baissant pas à Paris, avec la crise et la peur qu'elle doît entraîner pour les personnes ayant un patrimoine placé en actions ou en assurance-vie, la vie continue...Je profite de ce commentaire pour te souhaiter une bonne fête, Béa.