"S'il te plaît, apprivoise-moi" disait le renard

Publié le par Béatrice

Je ne sais pas pourquoi, j'ai toujours un mal fou à appeler quelqu'un par son prénom lorsque je parle avec ce quelqu'un. Vous savez, il y a des gens qui, lorsqu'ils vous parlent, prononcent votre prénom régulièrement pour ponctuer la conversation, du genre, "Tu sais, paul,...." "mais oui, Paul !", "Arrête tes conneries, paul !"... Bref, le prénom revient et je trouve que ça fait "chaleureux". Moi, je ne sais pas faire ça. Je dis "Bonjour" tout court, "Au revoir" tout court (et "tout court" n'est pas un ami, rassurez-vous). Lorsque je téléphone, là, souvent, je dois dire "Allo, machin, c'est Béatrice " forcément sauf qu'au bout d'un moment, les gens à qui je téléphone souvent reconnaissent ma voix sans que j'ai à dire tout ça et à partir de là, la conversation se lance sans que je ne prononce une seule fois le prénom.

C'est un peu difficile à expliquer, en fait, et je ne sais pas si vous voyez ce que ça peut donner mais, surtout, je ne sais pas d'où ça me vient. J'ai toujours été comme ça, presque comme si ça me gênait de prononcer le prénom de quelqu'un. Peut-être aussi parce que la grande solitaire que je suis n'a pas eu vraiment de prénom à prononcer avant ses 17 ou 18 ans. Mais, c'est un peu comme si "je dérangeais". et comme si appeler quelqu'un par son prénom créait une trop grande proximité. Pas trop grande pour moi, mais pour les autres.

Alors, je parle, je m'adresse à quelqu'un, il me répond mais, comme j'ai toujours cette impression d'être de trop, je me dis qu'il ne faut pas que j'aille trop loin dans la "familiarité", dans la "proximité". Un peu comme si j'hésitais à m'approcher complètement des gens. Et, c'est d'ailleurs le cas. Je me sens proche d'eux, voire très proche mais, très souvent une voix me dit de faire un petit pas en arrière pour ne pas déranger, pour ne pas leur donner l'impression d'être "trop" là au risque qu'ils me trouvent envahissante et qu'ils m'éloignent d'eux mêmes, petit à petit.

Je sais que c'est  à double tranchant cette attitude, que les gens vont s'imaginer que je ne les aime pas vraiment puisque je garde toujours mes distances. Pourtant, c'est seulement, je pense, par souci de protection. Je n'attends qu'une chose c'est d'être proche d'eux, de me sentir bien, en confiance avec eux mais, il est très rare que j'y parvienne complètement. Et, lorsque ça m'arrive, il y a aussitôt un bouton d'alerte qui clignote et me dit: "Fais gaffe, faut pas déranger, faut pas t'imposer."Je n'y peux rien, ça vient en moi, tout seul, comme ça.

Le temps devrait m'aider à changer. Je connais ma meilleure amie depuis 17 ans et mon meilleur ami depuis 5 ans. D'autres amis depuis plusieurs années aussi. Ce sont des relations que je considère comme très fortes (sinon, je ne parle pas d'amitiés) et pourtant, de temps à autre revient ce doute, cette idée qu'il ne faut pas que je les encombre. Attention, je suis toujours là pour eux, s'ils ont besoin de moi mais, je ne veux pas être "trop" présente. Peut-être pensent-ils que je mets de la distance parce que je ne suis pas si attachée à eux que ça alors qu'en fait c'est le contraire, je mets de la distance parce que je suis attachée à eux et que je ne veux pas les perdre. C'est très con quand on y pense. C'est comme si le renard de Saint-Exupéry ne parvenait jamais à laisser le Petit Prince s'approcher complètement de peur qu'il finisse par l'agresser comme d'autres humains ont pu le faire. Difficile de se laisser apprivoiser.

Et donc, pour en revenir à cette histoire de prénom, c'est un peu aussi une distance que je m'impose inconsciemment, peut-être parce que je me dis que je n'ai pas vraiment le droit d'être là et d'importuner les gens. C'est super difficile pour moi d'être seule et c'est l'une de mes hantises mais, malgré ça, je m'impose à moi-même, toujours inconsciemment, une distance qui ferait que, si je me retrouvais seule, j'y serais "préparée" ou du moins j'aurais l'impression de l'être.

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

Lily 01/04/2009 22:36

Je vois étrangement ce que tu veux dire... Etrangement, parce que c'est bizarre de lire quelqu'un, et de se reconnaitre dans ses mots. Même Monsieur ou Madame, pour dire bonjour, j'ai parfois du mal. C'est de la politesse élémentaire, et je ne me considère pas comme impolie. C'est simplement ce lien vers l'autre que je n'ose pas créer, parce que moi aussi, toujours ce sentiment d'être de trop.

claire 01/04/2009 16:45

Ben, moi non plus je ne dis pas le nom de ceux a qui je aprle atout bout de champ ou tous les deux-trois mots... Je sais a qui je parle et je crois que mon interlocuteur en est conscient... Et je dois dire que je n'aime pas vraiment quand on me parle de cette facon. Ca me fais bizarre. Moi, je me demande pourquoi beaucoup de gens ont ce genre de besoin... Voila. Merci pour tes articles. Et aux prochains.

le majeur 31/03/2009 22:37

c'est marrant, parce qu'en lisant ton article, je me rends compte que je fais pareil que toi pour les prénoms. je suis complètement incapable de ponctuer mes phrases avec le prénom de mon interlocuteur... mais je ne m'étais jamais posé la question du pourquoi...du coup, je me la suis posé et en fait, la réponse que je trouve est bien différente de la tienne... en fait, je ne trouve pas que cela fasse beaucoup plus chaleureux. en tout cas, je n'ai pas besoin qu'on m'appelle par mon prénom pour me sentir proche de quelqu'un.en fait, au contraire, je trouve ça peu naturel et un peu tarte... en tout cas, dans ma bouche, ça l'est...