Réseaux sociaux et compagnie

Publié le par Béatrice

Pour voir ce que c'était, je me suis inscrite sur les différents "réseaux sociaux" qui fleurissent par ci, par là sur internet. Souvent, c'est parce que je reçois une invitation de quelqu'un qui est dans ma liste de contacts msn et hop, je vais voir. La plupart du temps, pour avoir le droit de voir, il faut s'inscrire donc, comme je suis curieuse de nature, je le fais. Sauf qu'après, je ne m'en occupe plus. En fait, je ne comprends pas trop le principe. Enfin, si, je sais qu'on va sur les profils des uns et des autres, qu'on se laisse des petits commentaires, qu'on peut mettre ses photos, ses blogs aussi. Mais, bon, je n'arrive pas à en choisir un. A la limite, si je devais me décider, ce serait un live space (je crois que ça s'appelle comme ça...).

Mais, puisque je me suis inscrite sur plusieurs trucs similaires, je reçois souvent des notifications de messages ou de je ne sais quoi. Il arrive que j'ai oublié mon mot de passe auquel cas, ja laisse tomber et ça part dans le courrier indésirable. Pourtant, d'autres fois, je vais voir quand même, toujours par curiosité. Et hier, c'est ce que j'ai fait. Bon, il n'y avait rien d'exceptionnel à découvrir mais, un truc m'a amusée.

J'avais un message d'un parfait inconnu qui demandait à être mon ami Déjà, rien que ce terme, ça me fait marrer... Le mec ne me connait absolument pas mais il veut être mon ami, ben voyons. Mais, le plus drôle, c'est qu'en allant sur une autre page, je suis arrivée sur ma "liste d'amis" (déjà, tenir une liste de ses amis, c'est surprenant mais bon...) et là, sous chaque photo ou avatar, il était indiqué "Clôturer cette amitié"... C'est comme un compte en banque, si je comprends bien. Je peux clôturer mes amitiés comme je ferme un compte à la banque. C'est débile ! Une amitié, ça naît, ça vit et parfois ça meurt mais selon moi, ça ne se clôture pas. C'est un terme très "commercial" mais, dans le fond, ce n'est pas étonnant de la part de réseaux qui n'ont rien de philanthropiques.

Ce système me dérange un peu parce que des gens en mal d'amis (ou d'amour) peuvent effectivement penser que si quelqu'un a cliqué sur "accepter son amitié", ça y est, ils sont vraiment amis. Or, c'est pas vrai. J'avais déjà parlé de ça et, je pense que je préfére largement le terme de "contacts" qui est beaucoup plus transparent et moins connoté "affectif". Un contact pourra éventuellement devenir un ami, mais pour ça, il faudra bien d'autres choses qu'un simple clic de souris. Après, c'est sur que tout le monde ne met pas la même chose derrière ce mot là non plus. Moi, vous l'aurez compris, j'y accorde une importance énorme, peut-être trop d'ailleurs, je ne sais pas, mais du coup, ça me dérange de voir que n'importe qui parle d'amitiés juste parce qu'un pseudo est venu se greffer sur une liste dite "d'amis", comme ça, sans raison.

On joue avec les sentiments et surtout la solitude des gens en leur laissant s'imaginer que puisqu'ils ont des tas de personnes dans leur "réseau", ils ont plein d'amis. Non, ils ont des contacts c'est à dire des gens avec qui un contact a été établi par écran interposé grâce à un mail ou à un tchat, c'est tout. Ça ne vaut que pour ça, rien de plus, rien de moins. Quand on y réfléchit, c'est un peu comme si on considérait comme des amies les personnes qu'on croise tous les matins à la boulangerie, juste parce qu'on se parle de la pluie et du beau temps. On aime bien croiser ces gens, chaque matin et il arrive même qu'on se dise "Ah, tiens, je ne l'ai pas vu aujourd'hui." mais, ça s'arrête là. On ne va pas s'en rendre malade de la journée et, si jamais on ne revoit plus la personne, on finira par l'oublier. On ne saura jamais vraiment qui elle était donc, on ne saura jamais non plus pourquoi on ne la voit plus chaque matin, à la boulangerie et notre vie n'en sera pas bouleversée pour autant. Un ami, un vrai, s'il disparaît, c'est un drame, une douleur, une déchirure.

Que ces accros aux amitiés faciles fassent le compte de ceux qui répondront présents les soirs où ils n'iront pas bien, qu'ils regardent lesquels pensent encore à eux après quelques semaines d'absence, lesquels s'inquiètent pour eux s'ils ne donnent aucune nouvelle pendant plusieurs jours et ils seront fixés sur le sens de ces pseudo "amitiés". Et puis, s'il leur arrive d'être capables de cliquer aussi sur le bouton de "clôture", c'est que cette amitié ne valait pas grand chose à leurs yeux. Ah, société de consommation, quand tu nous tiens !

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

le majeur 05/04/2009 22:32

je suis comme toi, je ne comprends pas bien l'intéret de tous ces réseaux. j'y ai jeté un oeil parfois, mais ça me semble tellement artificiel.la dérive principal que j'y vois c'est de donner une image complètement érroner de l'amitié aux jeunes générations qui risqueraient d'appliquer dans la vrai vie le mode de fonctionnement de ses réseaux...

Béatrice 06/04/2009 07:34


Oh mais c'est déjà le cas : déjà qu'à l'adolescence on s'enflamme pour un oui ou pour un non, là, c'est encore pire et bientôt c'est à la centaine d'amis qu'on a en
plus ou en moins qu'on se sentira le plus populaire et le plus aimé. Alors qu'en fait, il n'y a personne.


bruno 05/04/2009 00:14

Je ne connais pas bien les réseaux, mais j'ai parfois l'impression qu'il faut y être, parce que tout le monde y est, alors on suit.Moi je me limite pour l'instant à la blogosphére, c'est déjà pas si mal, si on veut se donner le temps de lire un blog et de faire des coms de plus de 3 mots. Quand on se donne le temps de cultiver un contact, c'est le meilleur moyen de risquer de croiser un ami qui n'est plus virtuel, c'est le coté sympa du systéme.

Isa 04/04/2009 04:56

Bonjour Béa, j'ai beaucoup aimé ton article et j'ai envie de te faire part de mon expérience.Début novembre 2008 je m'inscrivais sur Facebook afin de contacter le programmateur des émissions de télé de Pascal Sevran. Je lui ai donc fait une "demande d'amitié". ...Le 22 décembre, invitée par lui, j'assistais au magnifique spectacle des valses de Vienne au Palais des Congrès à Paris dont il était le maître de cérémonie, après avoir présenté la croisière d "Age Tendre et Têtes de bois". C'est à cette occasion que nous nous sommes rencontrés "en vrai" et ce fut un merveilleux moment.Depuis, nous restons quasi quotidiennement en contact via ce réseau, mais également par téléphone, par mail... et par colis ! Et avec lui, c'est vraiment une belle et vraie histoire d'amitié car nous pouvons nous parler de nous en toute confiance ; nous devons nous revoir bientôt.Je n'ai pas beaucoup d' "amis", car je souhaite pouvoir les suivre et échanger avec eux régulièrement et ne veux pas les "collectionner" ; je refuse donc systématiquement les demandes des personnes que je ne connais pas.J'avais déjà rencontré de la même manière un des petits fils de Louis Jouvet.Sinon, je suis les activités de Jean-Luc Romero en tant qu'adhérente de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité), et communique également avec Patrick Pelloux que j'ai connu à l'hôpital Saint-Antoine lors d'une embolie pulmonaire.Voilà tout. Je ne sais pas ce que tu en penseras mais maintenant je suis convaincue que l'on peut "se faire" un ou deux (voire trois) vrais amis via un réseau social, à condition peut-être de ne pas "s'éparpiller" !

Béatrice 04/04/2009 11:23


Je ne doute absolument pas du fait qu'on peut lier de vraies et belles amitiés grace à ce type de réseau. J'ai rencotré celui qui est aujourd'hui mon meilleur ami
grace à un forum et, à la base, jamais je n'aurai pensé qu'une telle complicité fut possible avec quelqu'un, rencontré sur le net ou ailleurs. Ensuite, sur ce même forum, j'ai fait la connaissance
de deux autres garçons qui sont aussi maintenant de vrais amis et là, pareil, une très forte complicité nous unit. Sans compter des gens avec qui je reste en
contact depuis 5 ans également. Donc, j'y crois au virtuel comme vecteur d'amitié. Mais, ce qui m'énerve c'est plutôt le folklore qui tourne autour de tout ça et cette idée d'avoir 1559 amis par
exemple. Si on ne s'éparpille pas, comme tu dis, c'est comme en vrai, tout est possible. Sauf qu'en vrai, quand on a simplement croisé qqun et échangé avec lui qques banalités, on ne parle pas
d'amitié.