Pleure pas

Publié le par Béatrice

Je ne sais pas pourquoi cette anecdote m'est revenue en mémoire hier soir. Comme ça sûrement, une réminiscence comme on dit...

Ma mère était nourrice agréée (ça faisait bien de dire "agréée" avec 3 "e" siou plait) et donc, il y avait tout le temps des enfants à la maison. Cette fois là, je devais avoir 4 ou 5 ans et nous accueillions une petite fille, Carole de son prénom, qui malheureusement avait été malade chez nous. Ma mère avait fait venir le médecin, bien sûr, et là, moi qui étais plus grande que cette Carole, je me suis mise à pleurer pensant, sans doute que la visite était pour ma pomme. J'avais un peu l'habitude que le monsieur en costume noir vienne pour moi...

Sauf que ça n'était pas le cas, que je n'étais pas malade et que la petite fille qui elle l'était, ne pleurait pas...Elle se laissait manipuler par le docteur sans rien dire et le docteur regardait la grande gourde que j'étais qui chialait sans raison. Ma mère s'est aussitôt empressée de me faire la remarque et de me dire "Regarde Carole, elle est plus petite que toi, elle est malade et elle ne pleure pas quand le docteur vient la voir." Et après ça, elle a souvent raconté cette anecdote dans notre entourage en disant "Béatrice pleurait alors que la petite ne le faisait pas."

Inutile de dire que ça m'a vexée. Et, à partir de ce jour, lorsque j'allais chez un médecin, je tâchais de ne plus pleurer. Je n'avais pas envie d'entendre à nouveau l'histoire de Carole.

Mais, je pense aussi que dans ma tête ça s'est ancrée cette idée qu'on ne doit pas pleurer et, on peut dire qu'à partir de là, presque en toute circonstance (donc bien au-delà des visites médicales) je me suis interdit cette "faiblesse"... en public mais aussi en privé. Un peu comme si j'avais toujours en tête cette anecdote avec Carole qui, ce jour-là, avait été effectivement plus "courageuse" que moi, plus "forte "que moi qui étais vraiment passée pour une idiote aux yeux de ma mère et du médecin... puis aux yeux de tous ceux à qui l'histoire a été racontée par la suite et qui m'ont dit :"Ben oui, tu es grande, toi et les grandes filles ne pleurent pas."

Publié dans Lettres d' être

Commenter cet article

Jacques l'ardéchois 07/06/2009 23:05

Je suis l'inverse de toi, je ne peux m'empêcher de verser une larme lorsque je suis émue !... c'est plus fort que moi et incontrôlable, va savoir pourquoi ... j'ai les glandes lacrymales ultra sensiles... surtout quand j'ai les glandes ...

le majeur 06/06/2009 22:27

et si ça se trouve cette gamine, elle ne savait tout simplement pas qui était ce monsieur et c'est pour ça qu'elle a pas pleurer... c'était pas de la force, mais de l'ignorance.et en tout cas, le fait de pleurue n'est pas une faiblesse, je suppose que tu le sais maintenant...

yentl 01/06/2009 13:36

Tout à fait d'accord avec Isa, même en dehors du "médical" il est FAUT se laisser aller par moment, si ça ne résout pas les problèmes, ça apaise l'esprit.Ce n'est pas une faiblesse, c'est une soupape de sécurité qu'il faut parfois libérer...Bisous - Yentl

Isa 01/06/2009 06:09

Dommage, car pleurer ça permet de libérer certaines tensions !J'avais recopié des extraits d'un aricle trouvé sur un site..."Pleurer contribue à apaiser les esprits ; les médecins sont en train de découvrir que les larmes peuvent aussi aider à guérir notre corps. Dans neuf cas sur 10, pleurer aide à se sentir mieux, réduit le stress et peut aider à conserver l'organisme en bonne santé. (...) pleurer aide à guérir et améliore l'humeur des gens dans 88,8 % des cas. Conclusion : c'est si efficace que les chercheurs pensent qu'il faut trouver un moyen d'inciter à pleurer ceux qui trouvent difficile de se laisser aller. (...) Après une accumulation de stress, verser des larmes serait une façon instinctive de retrouver un équilibre. «Les éléments chimiques produits dans le corps durant une période de stress seront éliminés grâce aux larmes », avance le professeur William Frey, de l'Université du Minnesota. Des études ont démontré que les larmes émotives contiennent une teneur élevée en protéines, en manganèse et en potassium, ainsi que beaucoup d'hormones, dont la prolactine. Le manganèse est un nutriment essentiel. (...) Le potassium, il a un impact sur le système nerveux, le contrôle musculaire et la pression artérielle. La prolactine est une hormone lié au stress et joue un rôle dans le système immunitaire."Alors, maintenant que tu as lu ces lignes, Béa, tu sais que ce n'est pas une "faiblesse"...Bisous. Isa