Problème de vocabulaire...

Publié le par Béatrice

Ah la la, moi j'vous l'dis, dans quelques années, on va se marrer quand il faudra communiquer entre Français. Je vous avais déjà parlé de cette élève de 6e qui ignorait totalement ce qu'était un évier Bon, admettons... Elle a 11 ans, elle ne connaît pas trop la vie cette petite. Et puis, c'est vrai, il y a les lave-vaisselle maintenant alors, les éviers, hein, on s'en tape un peu le coquillard (pas sur l'évier, ça fait mal). Donc, c'est pas grave  de ne pas savoir ce qu'est un évier, j'en conviens... mais là n'est pas mon propos du jour. J'vous raconte...

Tout à l'heure, j'entre dans l'ascenseur avec ma mère. (oui, j'ai une vie palpitante que vous m'enviez, je le sens  ). Une jeune fille, d'une vingtaine d'années tout au plus ,y était déjà. Comme nous allions au sous-sol ma mère lui demande si elle s'arrêtait au rez de chaussée, histoire de la laisser se mettre devant nous si elle sortait avant. Et là, la fille répond "Non, non." Ma mère s'était exprimée d'une voix claire et puis, "rez-de-chaussée", on percute , normalement, quand on est dans un ascenseur... c'est pas comme si on lui avait parlé de pâte à pizza... Le contexte était clairement défini, il me semble. Donc, elle dit non et là, j'appuie sur le bouton du sous-sol (-1, c'est important de le préciser )  et qu'est-ce que je vois... celui qui était déjà allumé c'était le "0" donc, le rez-de-chaussée...

Arrivées au "0", cette fille sort effectivement de l'ascenseur. Les portes se referment et ma mère et moi éclatons de rire en disant "Elle savait pas ce que c'était de rez-de-chaussée !". Ben non... Pi d'abord, elle allait au 0 elle !

Je suis sûre qu'il existe des tas de mots comme ça, qui nous semblent basiques et qui sont devenus étrangers à certains jeunes... J'espère pour cette jeune fille qu'elle n'aura jamais rendez-vous au rez-de-chaussée d'un bâtiment parce qu'elle risque d'errer longtemps dans les escaliers avant de trouver le bon étage

Publié dans Coups de folie

Commenter cet article

Vivien 23/06/2009 15:20

Ca me rappelle une anecdote de fac, j'te raconte.On devait préparer un oral en groupe de 3 ou 4. Comme à chaque fois que cela arrivait, je me propose de rédiger le tout car je m'exprime assez bien à l'écrit, et de l'aveu même de mes camarades, je trouve toujours les mots adéquats, les plus approprier qu'il s'agisse du vocabulaire propre à l'Histoire ou bien même du vocabulaire "courant" (enfin, celui que toi et moi considérons comme tel !). Par exemple, quand on parle d'une Charte en Histoire, c'est toujours très bien vu d'employer le verbe "octroyer" que le simple et trop utilisé verbe "donner"... Y'en a plein d'autres dans le genre.Cette fois-là je propose de revoir tout le texte et de l'arranger à ma sauce, en respectant le vocabulaire spécifique. Une fois cela fait, je redonne le tout et je leur propose de le relire ensemble... Que n'ai-je pas fait là !Une fille s'arrête net sur le verbe "solliciter"... Bref, peut-être est-il effectivement un peu trop difficile. Plus loin, je place judicieusement le nom "tempérance", reblocage... (ils préféraient que je mettre "le Roi s'est calmé" au lieu de dire "il a fait preuve de tempérance.......")Bref, y'en a eu une bonne dizaine comme ça, et, perdant patience j'ai cédé pour tout le reste.Résultat : nous avons rendu un bon devoir... avec un vocabulaire de merde !

Béatrice 23/06/2009 18:34



M'étonne pas ce que tu racontes. Le vocabulaire s'apauvrit de plus en plus et les jeunes sont fiers de s'exprimer avec un minimum de mots.Certains ne s'expriment
d'ailleurs même plus avec des mots mais plutôt avec quelques borborigmes qui sont sensés exprimer leurs émotions... en admettant qu'il leur reste encore quelques traits humains.



yentl 21/06/2009 10:42

Trop drôle ! On ne s'imagine pas et pourtant ...Bah, faute de soleil pour le 1e jour de l'été (ben oui, tu sais la belgique ),j'ai bien ri. Passe un bon dimanche.Bisous - Yentl