Blessures d'enfance

Publié le par Béatrice

Un article de Stream m'a particulièrement interpellée. Il y évoque les "brimades" que l'on fait subir ou que l'on subit lorsqu'on est enfant ou adolescent. L'école est un lieu d'apprentissage à tous les niveaux, y compris celui de la nature humaine. Et, c'est pas franchement beau...

Alors, on dit toujours que les enfants ou même les ados n'ont pas conscience des conséquences de leurs actes ou de leurs mots. Ils agissent dans l'instant et puis surtout ne songent qu'à leur plaisir personnel. Si maltraiter un autre gamin les amuse, ils ne vont voir que cet amusement. Ils n'y verront rien de cruel puisque, dans leur esprit, c'est pour déconner... et tout le monde sait qu'à cet âge, au nom de la déconnade, presque tout est permis.

Stream évoquait ce que sa bande et lui avaient pu faire subir à un jeune qui était la tête de turc de l'internat. Pour ma part, j'ai été à cette place et je peux dire que ça laisse des traces, même inconcientes. Je me souviens bien sûr de tout ce que j'ai pu entendre à longueur de semaines pendant mes années de collège et un peu de lycée aussi. Je sais ce que ça a provoqué en moi par rapport à mes relations avec les autres. Je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour ces années où je n'avais aucun ami parce que personne ne voulait se montrer avec moi. J'ai des amis maintenant et la situation n'est plus du tout la même pourtant, les angoisses liées à tout ça, elles, sont restées.

D'ailleurs, l'autre jour, je me suis surprise moi-même. Je suis arrivée dans un lieu avec une amie et là, se trouvaient déjà deux amis à elle, un homme et une femme. Mon amie s'est approchée, leur a fait la bise. Moi, je suis arrivée aussi. J'ai fait la bise à la fille mais j'ai serré la main de l'homme avec une légère hésitation.  Il a été un peu interloqué. Aussitôt, je me suis sentie un peu con... Bah oui, d'habitude, on fait la bise à tout le monde, même si on ne connaît pas. J'avais conscience d'avoir été extrêmement distante mais je n'ai pas contrôlé ma réaction.


Le soir, j'y ai repensé et là, je me suis souvenue de cette époque, au collège en particulier, où les élèves qui arrivaient faisaient la bise à tout le monde. Souvent nous étions regroupés en un cercle qui s'agrandissait petit à petit. J'étais toujours plus ou moins dans ce cercle, du moins le matin, en arrivant... aux récréations, je préférais rester dans mon coin seule à attendre que ça se passe pour limiter la promiscuité et donc les dégâts. Mais le matin, je restais parmi les autres. J'essayais un peu de m'incruster en me disant qu'après tout, un matin tout serait peut-être différent. Et donc, lorsque quelqu'un arrivait, il embrassait tout le monde... ou presque. Les filles, ça allait... elles faisaient le tour et  chacun avait le droit à son bonjour. En ce qui concerne les mecs, c'était pas le même topo... Ils embrassaient tout le monde mais arrivés à moi ils passaient leur tour, systématiquement... Et si par hasard l'un d'entre eux me faisait la bise comme à tout le monde, aussitôt, il le regrettait et faisait une remarque ou bien les autres lui lançaient un truc qui le décourageait bien de recommencer.

Donc, assez rapidement j'ai compris que les mecs ne me feraient pas la bise... Assez rapidement aussi par auto protection, j'ai décidé de m'éloigner légèrement du cercle afin d'éviter cette humiliation et de m'y réintégrer quand le tour de bisous était fini. Je l'ai fait pendant des années et visiblement, ça a laissé des traces puisque l'anecdote dont je parlais plus haut n'est pas si vieille. En gros, j'ai vu un mec que je ne connaissais pas et je me suis automatiquement éloignée en lui serrant la main parce qu'à ce moment-là, dans mon esprit, j'ai eu de nouveau 14 ans et je me suis dit que je n'avais pas le droit d'embrasser un homme, qu'il n'aimerait pas ça et qu'il valait mieux lui éviter cet affront.

Stream disait que l'histoire qu'il évoque avait marqué à vie le garçon dont il parle mais je crois que ces blessures d'enfance sont les plus douloureuses et surtout qu'on n'en guérit jamais vraiment. Elles resurgissent à n'importe quel moment parce que telle ou telle situation nous replonge dans cette époque. On garde ça au fond de soi, tout le temps. On n'oublie jamais. Ça détermine quelque part notre relation aux autres puisqu'un jour, on a compris à quel point ils pouvaient être dangereux. Alors, oui, on grandit. Les autres changent aussi, ils mûrissent et nous oublient. Je suis sûre que ceux qui se moquaient le plus de moi n'ont aucun souvenir de tout ça. J'étais leur souffre-douleur mais j'étais avant tout un jouet qu'ils ont vite fait d'oublier. Je leur parlerais aujourd'hui, ils ne comprendraient sans doute même pas pourquoi ça m'a tant blessée et pourquoi, moi, je n'ai rien oublié. Ils me diraient que c'était pour déconner, qu'on était tous jeunes et cons et qu'après tout, ce n'était pas bien méchant...

Publié dans Lettres d' être

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LUEUR 20/08/2009 00:11

Je partage tout à fait votre opinion, il est des blessures qui ne cicatrisent jamais. On devient un peu sauvage, un peu marginal, et les gens nous catalogueront encore sur cette attitude...Il faut se dire que chaque individu a ses secrets, ses sparadraps, ses bleus à l'âme...même ceux qui justement, nous humilient.Gene (Lueur)

Béatrice 20/08/2009 12:49


Bien sûr oui, tout le monde a ses blessures et certains les cachent en blessant les autres... C'est une façon de faire aussi.


Jacques l'Ardéchois 19/08/2009 22:27

Petit, tu es entouré de cons, adolescent, tu es entouré de cons, adulte, ... je te laisse terminer ... C'est la vie ... et c'est pas facile... et si en + tu souffres de douleurs aux cervicales .....................

Béatrice 20/08/2009 12:47


Ou d'une sciatique ! Les douleurs physiques ont tendance à nous rendre moins tolérants vis à vis des cons.


Indigo 17/08/2009 22:15

Touchant ton article Béa...Mais il existe unne troisième catégorie d'enfants dont j'ai fait partie.. celle qui défend les opprimés.. que j'en ai pris des coups de pieds pour défendre les fameuses "têtes de turc".. je ne supportais pas de voir tant de méchanceté et de bétise...Depuis...? j'ai les tibias qui sont restés très sensibles...bisous

Béatrice 18/08/2009 19:45


J'aurais bien aimé te rencontrer à l'époque alors, quelqu'un pour me défendre, ça aurait été appréciable, j'étais trop cruche pour
le faire moi-même.


FRED 17/08/2009 09:23

Je n'ai heureusement pas connu ce type de situation. Ca n'a pas du être très facile tous les jours, je m'en doute. Heureusement avec le temps, tu as certainement forcé ton caractère et ce genre de personnages ne risqueraient sans doute plus de te faire souffrir... car tu ne chercherais pas leur compagnie, ayant très vite compris à qui, tu as affaire. Non ?  

Béatrice 17/08/2009 16:59


On essaie de se protéger et chez moi ça s'est traduit par une grande distance avec les gens. Beaucoup de méfiance aussi...


Stream 17/08/2009 01:22

C'est un thème que je n'ai pas fini d' explorer. Tu as entièrement raison nos blessures d' enfance expliquent totalement nos attitudes d' aujourdhui.Et elles ne cicatrisent jamais entièrement ....J'ai besoin comme toi d'en parlerPermet moi en tout cas de te faire la bise quand même Béatrice .

Béatrice 17/08/2009 16:56


Merci Stream