Entendu à la télé

Publié le par Béatrice

Plusieurs soirs de suite, dans l'annonce des programmes à venir ou des émissions, des fautes de français, grossières, de gens qui essaient de faire du zèle en prononçant des liaisons mal à propos, comme on dit...

 

n°1 : Les dispositions mises -T- en place... (ou alors c'était écrit "misent en place", ce qui ne m'étonnerait qu'à moitié)

n°2 : Le commissaire s'installe T'au château

n°3: Ce sera T'une dépression qui gagnera...

 

C'est quoi ces T qui tombent à tout bout de mot ? Un message subliminal ??? Hum... oui, mais lequel ???

Publié dans A la télévision

Commenter cet article

Pichenette 19/01/2011 01:28



Des liaisons mal t'a-propos, ou oubliées , ça arrive à tout le monde. Mais en général, on "entend" que ça ne colle pas et on se corrige. Pour trouver une explication autre que la baisse du niveau
, peut-être que l'extrême concentration due aux impératifs de la télévision ne leur permet pas de se corriger?



le majeur 15/01/2011 22:10



la télé n'est vraiment pas un exemple en matière de langue française... à de rare exeption près...



Béatrice 16/01/2011 16:42



C'est là aussi qu'on s'aperçoit de la dégradation de la langue car avant, je crois, on faisait un effort quand on passait à la télé. Maintenant, c'est ringard de faire cet effort donc,
éviddemment, la télé ne risque pas de le faire.



Moi.S. 12/01/2011 23:46



A l'instant même où j'arrive sur ton blog, bb (13 ans mais pas franchement ami/ami avec les études) vient me demander : "maman, quatre-vingts Teuros, ça se dit" ... "Bein non, comment écris-tu
80?" ... Il épelle ... "Pourquoi me demandes-tu ça" ... "C'est ce qu'ils viennent de dire à la télé" ...



Moi.S. 11/01/2011 07:41



Ah, j'ai remarqué aussi, parfois cela nous fait bien rire, il arrive même que Junior s'en rende compte tout seul ... Ca nous fait rire mais c'est grave tout de même !!!


Je te souhaite une bonne journée.


BizooS.



Armide+Pistol 10/01/2011 22:48



Oublions-nous les avions qui "crash" (Crachent-ils quand ils s'écrasent ?) ?


Les augmentations "significatives" de chômeurs ne sont-elles pas moins importantes aujourd'hui qu'hier ?