Faut-il s'en offusquer ?

Publié le par Béatrice

L'autre jour, l'une de mes collègues a capturé un petit mot "doux" d'une élève de 6e, soi disant calme et sérieuse ( celle qui passe son temps à s'occuper de ses cheveux pendant les cours parce qu'elle est dyslexique et qu'elle veut vraiment y arriver)... Le petit mot doux évoquait une histoire de barbecue et de saucisses ainsi que le nom de la prof mais, croyez-moi, aucun rapport avec la gastronomie estivale... La gamine, prise sur le fait, avoue qu'elle sait très bien ce que signifient ces paroles vues sur FB et, joyeusement adaptées à la prof en question... Bref... normal quoi.Pas bien grave en fait.

 

Au self, la collègue en parle et là, l'assistante sociale joue la surprise... "Quoi ? Comment est-ce possible ? Une élève de 6e ? Mais que voit-elle à la maison ? Mais quel est donc le drame de cette pauvre enfant ? De quoi est-elle donc victime ?"... Bah de rien sinon de la société et de la connerie ambiante ! Du laxisme de certains adultes qui trouvent ça mignon et pas bien grave, dans le fond... C'est tellement innocent à cet âge-là. Victime aussi de l'inculture devenue mode. Victime enfin de l'habitude selon laquelle "casser du prof" en public c'est naturel et normal... La collègue pourrait porter plainte. Moi, je l'aurais fait, je pense, histoire de marquer le coup... Le problème c'est que les profs ont tendance à toujours tout étouffer et de tout pardonner, au risque de finir par s'asphyxier eux-mêmes, comme des grands. Sauf que, puisqu'on ne dit jamais rien et qu'on encaisse toujours tout, pourquoi les choses iraient-elles en s'améliorant ?

 

Quand on voit, au contraire, la promptitude des parents à porter plainte dès qu'un prof bouge le petit doigt dans un sens apparemment contraire au bien-être de "petit chéri", il y a de quoi se poser des questions...

 

 

Voici un lien vers un article édifiant... Si vous pensez encore que les petits enfants sont des saints et les parents le bon dieu, lisez ceci et vous verrez que les enfants bien "élevés" (mot qui bientôt sera considéré comme facho...) sont devenus très rares. Il y en a... Heureusement...Mais, que pouvons-nous faire à part finir aussi par trouver ça bien ?

 

A lire ici

Publié dans Carnet de prof

Commenter cet article

Armand 10/04/2012 15:40

Chère Béatrice, Les enfants aiment à se faire remarquer. C'est plus simple par la grossièreté et le langage fleuri que par la connaissance des mathématiques ou des oeuvres de Proust... Il est
difficile à un parent peu scolarisé et heureux de son unique érudition footballistique, d'inculquer à ses enfants ce qu'est l'étiquette, la politesse, le savoir-vivre... Le problème se manifeste
quand, à l'aide d'un vocabulaire réduit de 50 mots, il faut exprimer des sentiments complexes! J'ai aussi eu un "stade" ou les mots crapule ou putain dont j'ignorais le sens, mais pas les effets
sur les interlocuteurs, sortaient régulièrement de ma bouche. Cela s'est arrangé tout seul, tout comme le pipi et le caca au lit. Amitiés

José 08/04/2012 16:56


Des coups de pied au cul se perdent, à commencer par les parents!

Béatrice 08/04/2012 17:03



Ah ben oui, de toute façon quand un gamin de 4 ans parle de "pu..." ou de "su...", c'est parce qu'il entend ça au quotidien !