Triste nouvelle

Publié le par Béatrice

C'est con... Très con... trop con... Je vais de temps à autre faire une petite visite chez les copinautes qui sont dans ma liste. Certains ne publient plus depuis un moment mais, je passe de temps en temps, pour voir, parce qu'on ne sait jamais. Et là, tout à l'heure, je pensais à psyblog... Je me disais qu'on ne l'avait pas lu depuis longtemps... Je vais chez lui et je m'aperçois qu'on a toujours le même article depuis plusieurs semaines... Bon... ça arrive... ça m'arrive... Mais je vois qu'il y a plein de commentaires alors je vais lire... Et là, je tombe sur le dernier qui laisse entendre que le blog est mort... puis je remonte et là c'est quelqu'un qui annonce que psyblog est mort... Coup au coeur... Non, c'est pas possible... Je vais sur le blog de celle qui a posté ce message laconique, me disant, dans un dernier espoir que c'est peut-être juste son blog qui est mort... Mais non, elle a posté un commentaire qui annonce bel et bien le décès de ce cher psyblog... de ce cher Dominique...

 

Deux ou trois blogs plus loin, plus de doutes. Dominique est mort... J'ai encore du mal à y croire. Je lisais son blog depuis des années. Je disais "Tiens, je vais voir ce que mon copain psy a écrit." car j'adorais ses notes, comme il les appelait, savoureuses, tendres, délicates, pudiques, drôles parfois, enragées d'autres fois quand la vie ne lui faisait pas de cadeau. Il avait un vrai style !

 

Je l'avais rencontré deux fois... J'étais allée chez lui il y a deux ans et une autre fois, il était de passage sur Brest et on avait déjeuné ensemble. J'avais rencontré sa charmante épouse, ses petits-enfants... Et surtout, je l'avais rencontré lui... Souvent, je me disais qu'il faudrait que je le revoie parce que les moments passés en sa compagnie avaient un je ne sais quoi de précieux... Mais, je n'osais pas et puis, il était toujours occupé, il aimait rencontrer les gens, et les blogueurs en particulier... Il se réservait même une semaine en mars pour partir à la rencontre de quelques uns...

 

Plusieurs fois, j'ai discuté avec lui sur msn, lui demandant des conseils sur tel ou tel truc et ses réponses, ou plutôt ses questions m'ouvraient toujours l'esprit, me faisaient réaliser que je n'avais pas regardé partout... J'ai passé un soir de réveillon de Noël au téléphone avec lui... Ce soir-là, il avait besoin de parler et moi, j'avais juste envie de faire sa connaissance... Il m'avait dit que mon appel lui avait fait du bien, ce soir-là... J'en avais été flattée même si je ne voyais pas ce que j'avais fait de si exceptionnel...

 

J'ai vraiment beaucoup de mal à me dire qu'on ne le lira plus... Bon sang, il va me manquer ! Je ne sais pas s'il s'imaginait à quel point les gens l'appréciaient... à quel point je l'appréciais même si je l'avais vu trop peu souvent... je suis vraiment triste, comme si j'avais perdu un ami... Je n'avais pas la prétention de le considérer comme tel mais, n'empêche, je l'aimais beaucoup... Ouais... vraiment triste...

Publié dans L'univers des blogs

Commenter cet article

Véro 13/06/2012 13:53


Il y a un an de cela, j'ai perdu une amie rencontrée sur le net...et j'en ai évidemment souffert...Lorsqu'on croise des êtres d'exception, y a rien à faire, sur le net ou ailleurs on
s'attache...Aujourd'hui, je préfère garder mes distances avec ceux que je croise, cela peut paraître égoïste, et ça l'est certainement, mais bon...Bisous Béatrice.

Isa 13/06/2012 05:29


Il y a longtemps que je n'ai pas laissé de commentaire chez toi, Béa. Aujourd'hui, face à cette nouvelle,  je ne peux rester muette.
J'allais très souvent lire Psyblog et y trouvais toujours de quoi réfléchir ou me rassurer. Il va beaucoup nous manquer, il va beaucoup me manquer. J’ose espérer que maintenant Dominique est
délivré et repose en paix. Condoléances à sa famille et à ses nombreux amis.

souricette 12/06/2012 16:44


Oui cela fut un choc pour nombre d'entre nous.


Psy, mais néanmoins homme "ordinaire", le désespoir il connaissait, mais il savait aussi réagir et apprécier les petits bonheurs que la vie pouvait lui procurer. Cette fois-ci la détresse a été
plus grande que tout... il n'y a rien à dire, surtout pas à juger, simplement partager une immense tristesse, et pour ceux et celles qui l'ont rencontré, garder le souvenir de l'homme jovial
qu'il pouvait être, rempli de bonté et de générosité !

Béatrice 12/06/2012 17:31



Oui, bien sûr, c'est ce qu'il restera quand on ira mieux...



z... 12/06/2012 09:37


J'ai eu du mal à croire cette nouvelle. Je ne le connaissais que via son blog que je lisais de temps en temps.


Puis je suis tombé sur son avis de
décès... 

Béatrice 12/06/2012 17:30



J'avais cherché dans le journal mais je ne devais pas avoir le bon...



LE CHEMIN DU BONHEUR 11/06/2012 22:06


Je crois qu'il va laisser un vide et un désarroi dont lui même n'imaginait pas l'ampleur. Cette chaine d'amitié que nous avons tissé autour de lui l'a porté un peu, mais difficile de lutter
lorsque la douleur de vivre est si profonde. Alors, comme toi, je suis triste, infiniment triste, et mes pensées vont vers sa femme et ses enfants, et les larmes reviennent. Je t'embrasse


 

Béatrice 11/06/2012 22:10



Oh oui, un vide immense, c'est certain. Je n'ose imaginer la peine de sa famille. C'est sans doute sa souffrance à lui dont il ne parlait pas qui lui permettait de comprendre si bien celles que
les autres venaient lui raconter. Bises et merci pour ton message.